SAMÂDHI, ou le sentier vers l'Eveil...

Forum spirituel, dédié à l'Eveil de la Conscience et à la Quête du SOI - (Advaïta Vedãnta)
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'ascètisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ãnanda
Modérateur
avatar


MessageSujet: L'ascètisme   14/2/2011, 5:20 pm

Bonjour à tous,

Nous avons abordé "La Posture" au sein d'un autre sujet et il convient maintenant, de développer la position de l'impétrant face à son ascèse.

Qu'est-ce que l'ascétisme ? L'ascétisme ou ascèse, désigne une discipline volontaire, cherchant à développer la perfection entre le corps et l’esprit et ce, par le renoncement et l’abnégation. Un "Etat d'Être", motivé par l’acceptation d’une vie sobre, évitant le superflu et les excès. Ce positionnement permet tout autant, le développement d'un bien-être physique, que spirituel.

Alors, une fois que l’impétrant aura trouvé sa "Posture", il se devra aussi de rechercher son ascèse, à savoir celle qui pourrait lui correspondre au mieux, dans la situation du moment. Il est évident, que l’ascèse doit être corrélée à la Posture même de l’impétrant.

Comment choisir son ascèse ? Au départ, il convient de faire preuve de beaucoup de lucidité, car vous comprendrez bien, qu’un père/mère de famille, avec une vie sociale établie, des enfants, un métier, des factures, etc. Ne pourra pas choisir le parcours ascétique d’un moine vivant dans un monastère, à moins de faire une croix sur sa vie actuelle, une éventualité qui reste cependant possible, si toutefois l’appel intérieur le nécessite. Mais partons du principe que nous ne sommes que des occidentaux, vivants en France comme des occidentaux et non comme des Brahmanes issus des terres de l’Orient. La lucidité voudrait, que l’on adapte son ascèse, à son propre environnement social du moment, ce qui veut dire, que l’impétrant n’est pas obligé d’aller vivre dans une grotte pour développer son ascèse. Il convient aussi, de développer une grande force de volonté sans faille, cela est indispensable, car une ascèse réclame un minimum de positionnement physique, psychique et mental. On ne vit pas sur le chemin du renoncement, même partiel et dans l’abnégation, sans qu’il y ait un investissement et un engagement personnel. Donc, il faut être lucide, avoir de la volonté et quoi d’autre ? De la constance bien sûr ! Avoir de la constance est primordial, car l’impétrant doit être constamment présent dans la conscience de l’instant et ce, avec stabilité et régularité. Il ne sert à rien de partir à fond la caisse sur le chemin avec sons et fanfare et puis se retrouver complètement essoufflé et sans jus, quelques temps après. Le temps n’existe pas, pourquoi réagir comme s’il en était ainsi ? Quand on respire, on respire c’est tout et on ne se pose pas la question du temps que l’on a devant ou derrière et on ne gagne pas du temps en respirant plus vite. Donc, il faut avoir de la constance, jour et nuit et nuit et jour, en chaque instant, car cette présence est indispensable. En clair, il faut occuper une certaine présence dans son ascèse, avec lucidité, volonté et constance.

Qu’est-ce que l’abnégation et le renoncement ? Il faut savoir, que l’homme vit sa vie par procuration et ce, dans le reflet illusoire d’une existence qui n’est pas le Soi, mais le faux Soi, il lui conviendra alors d’adopter une position, celle de l’humilité et de la dévotion, qui sont des qualités intérieures, intrinsèquement liées au Soi. L’abnégation, revient à ne pas s’approprier les actes et les choses du corps, de la personnalité et du mental, qui ne sont en rien le Soi, mais le faux soi. La posture serait d’être passant. Concernant le renoncement, c’est plus délicat, car il convient d’adopter une Posture lucide. L'histoire nous a enseignée au grès du temps, que les religions, ainsi que d’autres formations spirituelles, pouvaient adopter des ascèses très excessives, occasionnant d’important troubles psychiques parfois irréversibles, comme les névroses obsessionnelles, des pathologies graves et contre productives pour l’adepte de la Quête. L'ascétisme basé sur la privation, l'abstinence et le refus de toutes formes de désirs, qu'il soit physiques ou mentaux, ne correspond pas à une réalité physiologique de l’homme, qu’il soit d’église ou pas. Malheureusement, le moyen-âge a été le témoin de certaines pratiques religieuses complètement hallucinantes, d’ailleurs, elles reposaient plus sur l’ignorance de l’homme et sur le fanatisme de celui-ci, que sur des réalités psychiques et spirituelles. Donc, il convient de garder une Posture lucide, qui soit en corrélation, non seulement avec le cheminement de sa Quête, mais aussi avec les réalités de la vie terrestre, car il ne s’agit pas là, de devenir un doux rêveur, bercé par les phantasmes d’un angélisme Béa. Qu’est-ce que le renoncement et à quoi faut-il renoncer ? L’Advaïta, nous enseigne qu’il n’y a rien d’autre que le Soi et que le reste n’est fait que d’illusion, alors comment peut-on renoncer aux choses du monde, puisque que ces choses ne sont qu’une illusion du mental ? Comment peut-on renoncer à des formes, des idées, des désirs ou des pensées, puisque cela n’existe pas ? Si une ascèse se place dans le renoncement des désirs, c’est qu’elle reconnait et accepte de fait, l’existence formelle de ces désirs, ce qui est antinomique. La non dualité, s’exprime par le fait de n’être ni ceci, ni cela, car il y a rien d’autre que le Soi. Le renoncement, c’est avant tout l’expression de l’Etreté du Soi dans le Soi et à ce stade, il n’y a plus rien à combattre, puisqu’il n’y a plus d’opposant et d’opposition à l’expression du tout unifié. Alors une ascèse qui viserait à torturer l’esprit de l’impétrant dans la douleur physique et psychique, ne serait d’aucune utilité, car comment chasser l’obsessionnel quand on le nourrit mentalement, du fait même de la privation.

J’aurais tendance à dire, qu’une bonne ascèse passe toujours par l’adoption d’une bonne Posture, comme le fait de construire une maison avec de bonne fondation. Concernant la Quête du Soi, une seule question doit rester essentielle et permanente dans votre esprit… Qui suis-je ? Je ne suis ni ceci, ni cela… Tout est dit, car il n’y a rien d’autre que le Soi… Mais qui est le Soi ? Il est en vous, trouvez le !

En résumé, je dirais que l’impétrant ne doit pas chercher à tuer l’Ego, car rien ne meurt, tout évolue… A contrario, son ascèse doit se concentrer sur l’essentiel, à savoir l’Eveil du Soi, rien d’autre ! Laissons l’Ego faire se qu’il se doit de faire, soyons passant, comme un observateur silencieux. A chacun sa Posture, à chacun son ascèse et que chacun fasse comme il le sent, selon son incarnation du moment, mais de grâce, ne vous faite pas violence, cela est inutile. La dévotion, l’humilité par l’abnégation, la volonté, la constance, la lucidité, le renoncement aux illusions, sont les vraies qualités que l’impétrant se doit de développer. Il faut être confiant, car à chaque jour sa peine et sachez que le Père sait reconnaître et récompenser ceux qui ont été éprouvés par l’épreuve.

Si vous avez une autre vision ou une approche du sujet, n’hésitez surtout pas, car l’émergence d’avis différents est souvent très enrichissante pour tous. Sachant aussi, que je ne suis en rien, un érudit en la matière.

Bien à vous,
Ãnanda

_________________
"Misérable est le corps qui dépend d’un corps et misérable est l’âme qui dépend de ces deux". (Logion 81 - Evangile selon Thomas)
Revenir en haut Aller en bas
 
L'ascètisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SAMÂDHI, ou le sentier vers l'Eveil... :: Les Salons du SAMÂDHI :: Introduction à la "Posture" du Samâdhi-
Sauter vers: